AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Christine. Vous savez, la voiture?

Aller en bas 
AuteurMessage
Strydièle
Nouveau(elle) Venu(e)
Nouveau(elle) Venu(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 21
Carte(s) Préféré(s) : Blue-Eyes White Dragon
Emploi/loisirs : Future Prof, enfin, j'espère.
Humeur : Je cherche un bonheur insoutenable.
Date d'inscription : 05/05/2018

MessageSujet: Christine. Vous savez, la voiture?    5/5/2018, 18:05

Il n'y a pas si longtemps que ça, j'ai regardé, avec Koolbeer, le film Christine de John Carpenter, adapté d'un roman de Stephen King, qui achevait le livre au même moment où le film sortait, en 1983.

Cinéphile que je suis, j'ai eu cette réminiscence de CE film, où le résumé était totalement pété. J'ai vu pour la première fois ce film vers mes 12 ans, ma mère m'interdisait de le regarder, et mon père, lui, disait que "c'est qu'une voiture". Mais quelle voiture!
Avant de parler plus amplement de mon ressenti face au film, de ce que j'en pense, et d'une notation que je pourrais lui attribuer, ainsi que votre avis sur le sujet, je vais vous faire le topo de l'histoire de Christine.

PITCH

Une usine de fabrication fordiste sort des Chrysler Plymouth blanches à la pelle. Au milieu de la chaîne de construction, une belle voiture rouge, rouge comme l'enfer, la seule parmi les autres immaculées. Un des ouvriers veut se la couler douce et monte dans cette voiture qui dénote dans le décor, il fume un cigare dedans, en laissant tomber des cendres. L'autoradio est en marche, notre gars profite bien. L'arrêt de la chaîne pour la journée sonne, mais notre ouvrier n'est pas sorti de la bagnole, alors son contremaître vient le chercher. Il ouvre la porte de la voiture rouge, et... l'ouvrier est mort.

Mais putain, un gars est mort dedans, et pourtant, ça empêche pas la voiture d'être mise sur le marché. Ahahah. Quelle bonne idée!

M'enfin, on laisse tomber pour le moment la bagnole, et on se retrouve 20 ans plus tard, dans une petite banlieue BCBG américaine.
On voit un gars, Dennis, se rendre chez son pote Arnie. Le premier est un sportif du genre tombeur, et l'autre est un petit nerd couvé par Papa et Maman, et avec qui il se brouille des fois car il dit trop d'insultes, et même pendant les parties de Scrabble. Bref, des adolescents comme les autres. Ils parlent de cul, de boobies, et des rapports sociaux qu'ils entretiennent chacun de leur côté... Discours simple et efficace, quoi, le genre de conversation qu'on peut avoir autour d'une bonne bière, ou autour d'une pizza.

Ils vont en cours, au lycée. Dennis essaye de chopper de la feu-meu, une nouvelle, en l'occurrence, et il s'avère qu'Arnie s'est inscrit dans un atelier mécanique, alors que ses parents s'y sont formellement opposé, en plus, le con, il est seul, sans son pote, dans cet atelier. Alors qu'à la pause déjeuner, Arnie ne vient pas Dennis apprend qu'il est malmené par des gars de l'atelier mécanique.
Oui, Arnie est un nerd, il sait pas se défendre, et il a les chocottes, et son pote vient l'aider à se tirer d'affaire. Mais les bullies les laissent pas comme ça, et ils tapent nos gars, et se font présentement renvoyer du lycée. Ce qui va amener pas mal de choses par la suite pour nos cocos...

Hop, on apprend sur le tas que les problèmes d'Arnie, en plus d'être à la maison, ils vont être aussi au lycée, et le gars est dépité. Il en parle avec son pote, sur la route. Et c'est sur cette route que le destin d'Arnie va changer.
Au détour d'un buisson, il voit une maison où, dans le jardin, trône une vieille Chrysler Plymouth toute défoncée, et à vendre pour 200 dollars.
Arnie saute sur l'affaire, même si son pote lui déconseille fortement, car un vieux flippant est le vendeur de la Chrysler, et qu'il raconte que son bro' s'est suicidé dedans. Rien de plus normal, c'est les USA f*ck yeah. Le vieux dit que son bro' avait appelé la bagnole "Christine", et que c'était un peu l'amour de sa vie. Même qu'il a eu sa femme de suicidée dedans, et sa petite fille de 5 ans morte à l'arrière. Mais tout va bien.

Arnie ramène la boîte de conserve chez ses vieux, mais ils n'en veulent pas, et donc Arnie doit ramener sa caisse dans un garage qu'il loue, et où il peut la réparer, un garage en libre-service quoi. Le gérant est un connard, mais laisse sa chance à Arnie, qu'il croit percevoir comme un connard, ou un genre de racaille. Bref.

Dennis est un peu suspicieux, mais comme Arnie est e atelier mécanique, il le laisse faire sur sa Chrysler Plymouth. Et puis, en moins de trois mois, tadam, la caisse est comme neuve, et Arnie est passé de nerd à mec avec une veste en cuir, troquant ses lunettes pour des lentilles de contact, et sa Gomina contre une coupe ché-bran.
Arnie devient prétentieux, et un peu colérique, et puis, il se renferme sur lui-même, et ne voit plus ses amis. Ses parents, il les envoie chier, ce qui leur plaît pas des masses. Donc ils demandent à Dennis, si, des fois, ils pourraient pas remettre Arnie dans le droit chemin.

Breffff... Arnie serre la gonz que Dennis convoitait, ce qui vaut au sportif un plaquage bien chan-mé au football américain, et une hospitalisation. Durant ce temps où Dennis n'est plus là pour Arnie, c'est Christine qui devient sa BFF. Mais les bullies du début, eh bien, ils sont en colère, et ils cassent la Christine, comme Dennis est plus là pour les empêcher.

Donc Arnie retrouve un jour sa Christine toute pétée, avec du caca sur le tableau de bord, et tout ça. Il est en rage, il veut la réparer et lui dit des mots d'amour, à la Christine, et patatra, elle lui montre qu'elle est possédée, et elle se répare toute seule.
Arnie serre toujours la nouvelle, mais comme la nouvelle aime pas Christine, Christine tente de la tuer en l'étouffant avec un sandwich, grâce à des pouvoirs de télékinésie. Comme la nouvelle manque de s'étouffer, elle en veut à mort à Arnie, mais bon, lui, il est mécanophile, et il s'en branle de sa copine.
Entre temps, Christine, elle se venge des bullies qui ont ruiné ses pare-chocs, et elle les tue méchamment. Le premier est réduit à un état de confiture, et les autres, elle les fait brûler.
La police enquête, mais ce sont des baltringues, et ils trouvent que tchi.

Dennis est sorti de l'hosto, et il voit que Christine a mauvaise influence sur son pote Arnie, mais Arnie, il s'en branle, pour lui, c'est sa BFF et celle qui lui a donné la liberté. Mais Dennis et l'ex d'Arnie, ils en veulent à Christine, ils veulent leur Arnie d'avant, le gentil nerd, mais c'est trop tard.
Dennis décide donc, avec la belle, de piéger la voiture possédée, qui rentre seule au garage coopératif, la nuit, après avoir roulé sur des bornes et des bornes.

Ils parviennent à arrêter Christine, au prix de la mort d'Arnie, que sa bagnole veut venger, mais elle finit comme son propriétaire : percée de partout, et mise en boîte, dans un cimetière de voiture, où elle ressemble plus maintenant à une sculpture de l'artiste César qu'à une Plymouth.

FIN


Bon, on dirait que j'aime pas trop trop le film, quand je le raconte, mais en vrai, je le trouve badant, comme disent des jeunes.
C'est mon film de voitures préféré, avec en vedette une voiture démoniaque qui tue des gens de façon sale, et qui aide un petit nerd à devenir un rebelle, et c'est cool, merde.

On débute sur un film qui parle de construction d'automobiles, et qui par la suite, parle des adolescents avec les symptômes de leur époque, et de leur âge. Rien ne semble avoir de rapport. Et pourtant... Les ados. Ils ont tous l'air d'être taillés dans le même moule, à l'image des voitures, mais l'un d'entre eux déjà différent et rejeté, Arnie, et c'est le miroir de la Plymouth rouge : l'un est décrit comme moche par ses camarades, tandis que la Plymouth est "de très mauvais goût" selon le tenancier du garage coopératif.
La voiture et l'homme sont des outsiders qui se sont trouvés, un genre d'histoire d'amour cheloue, mais plaisante, car on suit un cheminement logique, dans la psychologie d'Arnie.
Arnie, le nerd, qui, au contact de la Plymouth à qui il rend service en la retapant, se trouve une amie, une confidente, muette certes, mais qui semble le comprendre. Et avec le retapage de la Chrysler, Arnie se sent aussi changer, ce qu'il introduit progressivement via son apparence, puis, par sa psychologie.

Le film est aujourd'hui, certes bancal, mais reste un film qui lie habilement l'univers visuel de Carpenter et l'univers mental absolument dérangé de King (avant que ce dernier ne devienne une parodie de lui-même, malheureusement).
J'y vois une belle métaphore de l'adolescence et d'un chemin de croix, certes, avec une croix d'antéchrist, mais un parcours presque initiatique pour Arnie.

Le spectateur se verra tantôt plus proche du pauvre nerd Arnie, qui veut jouir de la vie et de la nouvelle liberté fraîchement acquise par le biais de Christine, tantôt il se verra dans la peau du bon copain Dennis, qui doute franchement de la stabilité mentale de son pote, et qui veut le ramener de manière douce à la raison, car il s'inquiète sincèrement, même si au début du film, le gars est un cliché de beauf sportif.
En tous cas, on ne peut pas rester juste à regarder ce spectacle, sans y être un minimum investi, et j'avoue que personnellement, j'avais le cul entre deux chaises tout le long du film, les points de vues de Dennis et Arnie pouvant se défendre.
Aussi, le film inverse les mentalités de ses protagonistes masculins, et c'est couillu. Parce qu'un nerd qui devient un gars respecté mais craint, et qu'un sportif aimé devient presque un rebut car il ne pourra plus jouer de matches de sa vie, ça fait un peu du bien à voir.
Y'a ni gentil, ni méchant. Juste des mauvais choix, je dirais, dans l'attitude des protagonistes.


Je mettrai donc un bon 16/20 à Christine(1983).
Aucun effet spécial ne fait trop vieillot, seul le discours pourrait mal passer aujourd'hui, même si je pense que le film est quasi intemporel.
Mention spéciale au cast vocal qui se targue d'un Pierre Hatet, le doubleur de Doc dans Retour vers le Futur et d'un Richard Darbois, qui deux ans plus tard retrouvera Pierre, en doublant Biff, et sa lignée, toujours dans Retour vers le Futur, ainsi que d'un Gilles Laurent, habitué du doublage des films issus de l'univers de King, car ayant participé à Les Démons du Maïs en doublant notre Isaac préféré.



Si d'aventure, vous avez vu Christine, je vous invite à en parler avec moi.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koolbeer
Nouveau(elle) Venu(e)
Nouveau(elle) Venu(e)
avatar

Nombre de messages : 22
Carte(s) Préféré(s) : Galaxy-Eyes Photon Dragon
Humeur : En train de survoler le monde en Jetpack.
Date d'inscription : 12/04/2018

MessageSujet: Re: Christine. Vous savez, la voiture?    5/5/2018, 18:44

Post très intéressant et complet rédigé de façon rigolote. Dans sa structure, le film me rappelle "Chronicle" de Josh Trank, surtout pour le côté quasi "documentaire" que le film prend par rapport aux jeunes qu'il représente. Les plans contemplatifs sont magnifiques, mais en même temps, avec le réalisateur de "La Nuit des Masques", fallait le faire exprès. Honnêtement c'est ce genre de récit qui me fait aimer le cinéma.

Film réalisé avec beaucoup de soin, peu importe si l'adaptation est fidèle ou pas. Personnellement, je me sens davantage proche du point de vue d'Arnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Strydièle
Nouveau(elle) Venu(e)
Nouveau(elle) Venu(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 21
Carte(s) Préféré(s) : Blue-Eyes White Dragon
Emploi/loisirs : Future Prof, enfin, j'espère.
Humeur : Je cherche un bonheur insoutenable.
Date d'inscription : 05/05/2018

MessageSujet: Re: Christine. Vous savez, la voiture?    5/5/2018, 19:23

Je trouve que "Chronicle" fait plus un format documentaire, le point de vue des ados sur d'autres ados, puisque le récit est, si j'ai de bons souvenirs, filmé à la main, et ça donne un résultat très "found footage", ce qui est d'autant plus appréciable.
"Christine, c'est plus un genre de documentaire "animalier" qui va catégoriser les jeunes, et bon, quitte à suivre une tranche de populace, autant aller chercher des stéréotypes précis et donner un élément déclencheur qui fera de la proie le prédateur, et du prédateur la proie... enfin, si tu comprends...?

Bref.

Je peux comprendre que tu sois plus proche du point de vue d'Arnie, moi-même, je comprends par moments ses folies, qui sont toutes en nuances. C'est à se demander, en fait, si la voiture est vraiment possédée et possède, ou si c'est le "karma" (faute d'un meilleur terme) qui possède la voiture?
En y réfléchissant bien, on sait rien de l'ouvrier, le premier mort, ou bien de l'ancien propriétaire de la voiture. On peut faire un tas d'hypothèses, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koolbeer
Nouveau(elle) Venu(e)
Nouveau(elle) Venu(e)
avatar

Nombre de messages : 22
Carte(s) Préféré(s) : Galaxy-Eyes Photon Dragon
Humeur : En train de survoler le monde en Jetpack.
Date d'inscription : 12/04/2018

MessageSujet: Re: Christine. Vous savez, la voiture?    5/14/2018, 09:20

Twist de ouf: c'était une Plymouth possédée par l'esprit de Anthony Hopkins, qui aimait déjà beaucoup les voitures anthropomorphiques.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koolbeer
Nouveau(elle) Venu(e)
Nouveau(elle) Venu(e)
avatar

Nombre de messages : 22
Carte(s) Préféré(s) : Galaxy-Eyes Photon Dragon
Humeur : En train de survoler le monde en Jetpack.
Date d'inscription : 12/04/2018

MessageSujet: Re: Christine. Vous savez, la voiture?    6/7/2018, 23:05

Blague à part, ce film me marque beaucoup. Je trouve que la revanche du p'tit gars en qui personne ne croyait, qui petit à petit tombe littéralement amoureux de cette Plymouth (ou plutôt de l'esprit maléfique qui la possède) est très chouette mais aussi très triste, vu la fin subie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Christine. Vous savez, la voiture?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Christine. Vous savez, la voiture?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LETTRES A QUI VOUS SAVEZ de Hervé Debry
» Vous savez que j'adore les DFEAs
» Combien vous coute réellement votre auto ?
» MDM, vous savez ce que cela veut dire?
» Vous savez quel jour on est???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stardust-Yuusei :: Autres :: Cinéma-
Sauter vers: